L'essentiel de la retraite progressive de l'auto-entrepreneur

 

Beaucoup d’auto-entrepreneurs préfèrent profiter de la vie après la retraite en organisant des voyages ou en s’adonnant à diverses activités. D’autres n’aiment pas la vie passive et décident de continuer à travailler. Qu’advient-il de leur pension ? Pourront-ils toucher leur retraite ? C’est là que la retraite progressive d’auto-entrepreneur intervient. Voici ce qu’il faut savoir sur ce dispositif.     

La retraite progressive, c’est quoi ?

 

La retraite progressive est un dispositif qui permet de mettre fin à la vie active en douceur. Le principe, c’est de continuer à travailler même en atteignant l’âge de départ légal. Il faut réduire le temps de travail. En d’autres termes, c’est une sorte de cumul d’auto-entrepreneur et de retraite anticipée.

Le professionnel qui opte pour ce dispositif continue de travailler à temps partiel et de verser des cotisations à la caisse de retraite. Elles vont booster la pension à percevoir au moment du départ définitif en retraite. Mais en même temps, l’auto-entrepreneur bénéficie d’une partie de sa pension.

Qui peut accéder à la retraite progressive ? Le dispositif concerne de nombreux auto-entrepreneurs et travailleurs indépendants.  C’est le cas des artisans et des commerçants rattachés au SSI (Sécurité Sociale des Indépendants). En revanche, les professions libérales rattachées au CNAVPL sont exclues de la retraite progressive auto entrepreneur.

Suite à la mise en vigueur de nouvelles règles sur la retraite progressive 2022, les travailleurs non-salariés rattachés au régime des salariés comme les mandataires sociaux et les vendeurs à domiciles indépendants peuvent aussi bénéficier de ce dispositif.

Les conditions d’accès à la retraite progressive

 

Pour profiter de la retraite progressive en tant qu’auto-entrepreneur, il y a différentes conditions à respecter. En premier lieu, il faut avoir 60 ans au minimum, soit 2 ans avant l’âge légal de départ à la retraite. Les auto-entrepreneurs plus jeunes ne pourront pas bénéficier de ce dispositif.

Pour profiter de l’assurance retraite retraite progressive, il faut également justifier de 150 trimestres validés ou assimilés. Enfin, il est primordial d’exercer une ou plusieurs activités à temps partiel (entre 40% et 80%).

Fonctionnement de la retraite progressive pour auto-entrepreneur

 

Quelles sont les règles autour de la retraite progressive et auto entrepreneur ? Quelles sont les différentes démarches à effectuer par le professionnel désirant profiter de ce dispositif ? Comment se calcule la retraite progressive en tant qu”auto-entrepreneur

Les règles en vigueur

 

Comme il a été mentionné précédemment, un auto-entrepreneur peut demander une retraite progressive à l’âge de 60 ans. S’il remplit les différentes conditions requises, il pourra obtenir gain de cause. Attention ! Le droit à la retraite progressive d’auto entrepreneur n’est plus valable lorsque le professionnel arrête de travailler définitivement. 

Les démarches à faire

 

En ce qui concerne les démarches à faire pour profiter de la retraite progressive auto entrepreneur, il faut déposer une demande auprès de la caisse de retraite SSI. Le dossier doit comporter plusieurs documents justificatifs.

Il faut citer entre autres l’avis d’imposition, la photocopie des contrats de travail à temps partiel, le relevé d’identité bancaire (RIB), les bulletins de salaire ainsi que le livret de famille. Il est important de souligner que la retraite progressive auto entrepreneur concerne non seulement la pension de base, mais aussi la pension complémentaire.

À propos du montant de la retraite progressive

 

Quel est le montant de la retraite progressive d’auto-entrepreneur ? En général, il dépend du montant du salaire perçu par le professionnel en exerçant une activité à temps partiel. Autrement dit, la pension est calculée en fonction de la baisse d’activité. A titre d’exemple, si l’auto-entrepreneur décide de réduire de 40% son temps de travail.

Si l’auto-entrepreneur n’a pas validé le nombre des trimestres minimum requis, il ne pourra pas profiter d’une retraite progressive à taux plein. Une décote sera appliquée, mais son taux est limité à 25% au maximum.

À propos de la suspension ou suppression de la retraite progressive 

 

La caisse de retraite vérifie régulièrement que l’auto-entrepreneur continue de travailler à temps partiel. Il envoie un questionnaire par courrier et s’il n’obtient pas une réponse dans le délai imparti, le paiement de la pension est suspendu.

De même, si la caisse de retraite vient à prouver l’arrêt de l’activité à temps partiel, il procède à la suspension du versement de la retraite progressive. Cette règle reste en vigueur même si le professionnel n’a pas encore atteint l’âge de départ en retraite de 62 ans. En revanche, en cas de reprise de l’activité, l’auto-entrepreneur peut profiter à nouveau de son droit d’accès à la retraite progressive.

La suppression définitive de l’assurance retraite est activée en cas de cession de l’activité à temps partiel. Il en est de même si l’auto-entrepreneur demande une retraite définitive. Dans ce cas, la caisse de retraite commence les procédures de liquidation définitive de la retraite du professionnel. Enfin, si la durée minimum et maximum du temps de travail n’est pas respectée, la retraite progressive est aussi supprimée.

Avantages et inconvénients de la retraite progressive

 

Demander une retraite progressive est-elle une bonne idée ? Ce processus présente des avantages et des inconvénients.

Les avantages

 

Opter pour un cumul auto-entrepreneur et retraite anticipée, c’est apprendre à s’adapter au changement de sa situation professionnelle. Il faut dire qu’arrêter immédiatement de travailler pourrait provoquer des troubles psychologiques comme l’état dépressif ou encore la frustration.

La retraite progressive est aussi un dispositif avantageux, car elle permet d’optimiser le montant de la pension définitive. Il ne faut pas oublier que l’auto-entrepreneur continue de cotiser. Pour couronner le tout, l’auto-entrepreneur peut réaliser facilement les démarches de demande de retraite progressive.

Les inconvénients

 

Évidemment, la retraite progressive compte des inconvénients. En premier lieu, il y a la baisse des revenus perçus, puisque le temps de travail est limité. Cela peut devenir une source de démotivation.

En effet, lorsqu’un sénior décide de travailler à temps partiel, son but n’est pas uniquement de rester dans la vie active, mais aussi de percevoir un salaire important. Ainsi, il pourrait facilement choisir de demander la liquidation définitive de sa pension avant d’atteindre l’âge de départ en retraite de 62 ans. Cela va automatiquement réduire le montant de sa pension. Pour rappel, une décote sera appliquée lorsque le nombre de trimestres validés nécessaire n’est pas atteint.