Accueil
Finance Verte

Le pouvoir de notre épargne

Notre épargne est l'un des plus gros pollueur au monde. Comment y remédier ?
14/10/21
Olivier Rull
9
MINUTES

L'épargne prend une place importante dans notre économie, en finançant des projets et des entreprises. Et à cause de cela, notre épargne pollue parce qu'en France, les grandes banques françaises investissent 70% de notre épargne dans des projets polluants.

Mais nous pouvons reprendre la main dessus en choisissant où va notre argent. Il existe de nombreux acteurs et de plateformes pour vous aider dans cette démarche. On en parle plus en détail dans cette vidéo et dans l'article dédié "Le pouvoir de notre épargne".

Transcription de la vidéo

Bonjour à tous et bienvenue sur notre nouvelle vidéo Caravel, où l'on vous parle une fois par semaine de retraite, de finances personnelles et de finance durable. 


Alors aujourd'hui, nous allons vous parler d'un sujet hypersensible, hyper clair : le pouvoir de votre épargne. Comme 40% des Français, vous déclarez être flexitarien, vous essayez de consommer local, vous essayez de vous déplacer à vélo, vous faites le tri, vous limitez vos déplacements en avion. Et bien, on vous félicite, c'est un très bon pas pour protéger la planète. Ces actions quotidiennes sont de plus en plus présentes dans nos habitudes. 


Pourtant, ces actions bien qu'indispensables, restent une goutte d'eau dans l'océan, dans notre mode de consommation actuel. Si je vous parle aujourd'hui, ce n'est pas pour vous baisser le moral, mais c'est pour vous annoncer une bonne nouvelle. En tant qu'individu, en tant qu'épargnant, vous avez un pouvoir incroyable et vous pouvez, à votre échelle, changer drastiquement les choses. 


Parlons dans un premier temps, de notre impact sur l'économie en tant qu'épargnants. Il était une fois, un jeu de Français qui souhaitait épargner une partie de son argent, bien durement gagné, pour profiter pleinement de ses revenus à la retraite. Tous les mois, il met un peu de côté sur son compte épargne retraite dans une banque française traditionnelle tout au long de sa vie active. Grâce à cette épargne-là, il va, à sa retraite, pouvoir toucher et bénéficier d'un capital ou d'une rente et profiter d'une plus-value grâce à son placement. Ceci, c'est ce que perçoit l'épargnant du fonctionnement de son épargne : je cotise, je place, je gagne mes intérêts, je récupère, mais ce n'est que la face immergée de l'iceberg. 


L'épargne pour la banque, c'est tout autre chose. Ce que le jeune épargnant ne sait pas, c'est que son argent qu'il a mis de côté et les intérêts qu'il va gagner, c'est grâce aux investissements effectués par la banque dans des entreprises ou des projets qui peuvent être très divers. Et en contrepartie évidemment de ses investissements, la banque donne à ce jeune épargnant un rendement, donc un taux d'intérêt pour vous garantir de gagner de l'argent. 


Ce qui n'est pas toujours évident, c'est de réaliser qu'en fait, notre épargne peut financer et être investie dans des secteurs, des entreprises polluantes ou en tout cas, qui peuvent être désalignés avec notre secteur d'activité, avec nos intérêts. On peut parler des industries fossiles, on peut parler du débat du tabac, on peut parler de l'armement. 


Voilà, pas mal de secteurs que les banques françaises financent à coups de billets et sur lesquelles on n'a pas forcément la main, nous en tant qu’épargnant. C'est ce qui m'amène aujourd'hui à parler de la pollution de banques françaises avec des chiffres inquiétants. Si on prend l'étude de Reclaim Finance, alors si on reprend cette étude-là, on voit que les banques françaises sont devenues en 2020 le quatrième plus gros financier des énergies fossiles. 


De façon concrète, cela veut dire que les banques françaises investissent massivement dans les énergies fossiles, dans le pétrole, etc. Et donc de fait, elles ont un impact considérable sur notre planète. Si on reprend les chiffres en 2018, les quatre principales banques françaises ont été responsables, par leur investissement, de l'émission de 2 milliards de tonnes de CO2 par an. Ces 4,5 fois plus que les émissions de la France cette même année. Donc c'est énorme. Et ça, on ne s'en rend pas forcément compte. 


Ce que ça signifie pour vous en tant qu'épargnants, c'est si vous avez un euro épargné sur un compte d'une banque française, alors cette euro-là va émettre indirectement 390 grammes de CO2 par an. Ça peut changer en fonction des banques, mais c'est colossal. 


Donc comment on peut réduire aujourd'hui cette empreinte carbone ? Et bien, c'est assez simple et on va vous l'expliquer maintenant. Vous l'avez compris, si votre épargne n'est pas investi là où vous le souhaitez, sur les secteurs activités qui vous tiennent à coeur, elle peut polluer. 


Ce qu'il faut noter, c'est que le problème pour la planète n'est pas l'activité bancaire en elle-même, mais les projets financés par les banques. Donc, à court terme, les processus à l'origine de la production d'énergies fossiles sont les plus rentables financièrement et donc sont favorisées par les banques pour maximiser rapidement leurs bénéfices et leur rentabilité. 


Alors, comment reprendre la main sur votre épargne ? C'est maintenant, on vous l'explique. Alors oui, nous polluons beaucoup plus que nous le pensons évidemment et nous essayons de limiter, tous à notre échelle, cette pollution. De façon quotidienne, pour lutter contre le réchauffement climatique, on peut avoir une action extrêmement forte et efficace, grâce à notre épargne : en plaçant justement notre épargne sur les projets qui préservent la protection de l'environnement, qui lutte contre le réchauffement climatique, qui ont des vocations sociales et durables, et c'est ce qu'on fait avec Caravel quand on vous propose les trois plans : le plan climat, le plan solidaire et le plan environnement. 


Donc Caravel s'engage avec vous et pour vous pour que votre épargne participe uniquement au financement de projets responsables et durables, avec des investissements sur des fonds qui sont labellisés Greenfin, Finansol ou ISR. Les engagements de Caravel ne sont pas anodins, nous ne sommes pas les seuls à souhaiter une finance plus verte, plus durable et plus responsable. 


On peut citer sans tous les nommer, sans faire une liste exhaustive : les banques, les néo-banques comme OnlyOne, qui proposent des services de paiement financiers qui permettent de mieux gérer son argent au quotidien, tout en agissant pour un monde plus durable et plus solidaire. 


On peut parler du média Investir éthique, qui vous aide à trouver des placements responsables sur tous les supports, en bourse, en immobilier ou encore en crowdfunding ou pour votre PEA. 


On peut parler aussi de l'AFR, qui est l'association des acteurs de la finance responsable auquel Caravel est membre et participe et contribue de façon quotidienne et qui permet que vous soyez professionnel, déjà engagées ou des particuliers de vous investir pour essayer de contribuer à une finance plus responsable et plus durable, pour accompagner les équipes dans une transition vers la finance responsable et écologique. 


Alors bien sûr, nos actions durables ne se limitent pas à la finance et l'épargne, vous pouvez effectuer des petits changements, qui auront de grands impacts positifs pour la planète. On en cite quelques-uns aujourd'hui très rapidement, comme utiliser Ecosia, le moteur de recherche responsable. 


Evidemment vous pouvez limiter le gaspillage alimentaire et avoir des achats plus responsables en termes de local, vous pouvez que-également participer à une économie circulaire avec des acteurs comme Vinted ou Backmarket ou encore soutenir des marques qui mettent l'éthique et la transparence au coeur de leur développement comme WeDressFair pour la mode responsable. Vous voyez, nous avons un pouvoir. 


Notre argent a un impact fort, que ce soit quand on achète, au niveau de notre consommation, mais également au niveau de notre investissement. Alors là-dessus, il n'y a plus vraiment de doute un parce que 60 % des Français sont intéressés par des investissements responsables. Et les investisseurs prennent de plus en plus en compte ces critères-là, pour la planète, dans leurs décisions. 


C'est à la fois le cas pour les investisseurs, donc ils ont mis en place des actifs ESG donc pour les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. Cela a suscité non seulement une énorme demande auprès des investisseurs, notamment sur les deux-trois dernières années, on voit qu'en 2020 notamment sur la collecte d'ETFs, par exemple, que plus de 50 % de la collecte qui a été dirigé sur des investissements dits socialement responsable. Donc c'est énorme. 


Et par ailleurs, on voit que même la législation s'en mêle et justement, a pour volonté d'agir et de faire un effet levier sur cette finance-là, puisque les tendances vers la durabilité "s'enorgueillissent" de nouvelles réglementations comme celle du SFDR, donc c'est le Sustainable Finance Disclosure Regulation. 


Désolé pour les Anglais, c'est une nouvelle réglementation qui est passée en 2021, qui a pour objectif d'améliorer la transparence et la responsabilité environnementale et sociale des marchés financiers. Donc le développement durable n'est plus une simple tendance, vous le savez. Il se concrétise, il s'installe de plus en plus dans nos vies et tous les jours, nous avons bien à cœur d'utiliser notre pouvoir pour changer les choses et changer notre planète. 

Alors ce qu'il faut retenir de cette vidéo, très simplement, c'est que 

1) notre épargne peut financer les projets qui polluent et donc nous polluons beaucoup plus que l'on ne pense vie notre épargne. 

2) ce n'est pas une fatalité, ce n'est pas notre épargne en tant que telle qui pollue, mais c'est les investissements de notre épargne sur des projets d'entreprises qui ne sont pas forcément responsables. 


Donc qu'est-ce qu'on peut faire ? C'est choisir là où notre épargne sera investie pour avoir un impact positif. 

Donc les actions concrètes à mener sont : 

  • continuer de s'informer évidemment sur le poids de votre épargne, puisqu'elle ne doit pas vraiment. 
  • Deux, c'est financer des projets et des entreprises durables, donc c'est sélectionner les acteurs financiers qui vous aident et vous donne la transparence comme Caravel, pour flécher votre épargne et votre investissement vers un monde plus durable. 
  • Troisième point, c'est savoir là où votre argent et combien vous payez et donc ça on vous l'explique sur Caravel. 


Donc rendez-vous sur getcaravel.fr. Très bonne journée, à très vite, à la semaine prochaine. Salut !


cetTE VIDeO vous a plu ? partagez lA !
Épargnez pour demain — dès aujourd'hui.
Démarrez une simulation gratuite et sans inscription
Démarrer une simulation
Plus de vidéos...
Se créer des revenus pour la retraite, en réduisant ses impôts
Tout comprendre de la retraite
Se créer des revenus pour la retraite, en réduisant ses impôts
Investir dans un fonds durable pour préparer sa retraite, une bonne idée ?
Finance Verte
Investir dans un fonds durable pour préparer sa retraite, une bonne idée ?
[Interview] “Le travail indépendant existe depuis bien plus longtemps que le salariat”- Hind Elidrissi
Tout comprendre de la retraite
[Interview] “Le travail indépendant existe depuis bien plus longtemps que le salariat”- Hind Elidrissi
[Interview] “Ce qui me motive, m’éclater en rencontrant et en apprenant” - Samuel Durand et le futur du travail
Tout comprendre de la retraite
[Interview] “Ce qui me motive, m’éclater en rencontrant et en apprenant” - Samuel Durand et le futur du travail
[Interview] "Je n'ai jamais joué autant collectif qu'aujourd'hui" - Alexis Minchella et le futur du freelancing
Tout comprendre de la retraite
[Interview] "Je n'ai jamais joué autant collectif qu'aujourd'hui" - Alexis Minchella et le futur du freelancing
[Interview] Travailler plus mais mieux, le futur du travail et de la retraite vus par Laëtitia Vitaud
Tout comprendre de la retraite
[Interview] Travailler plus mais mieux, le futur du travail et de la retraite vus par Laëtitia Vitaud
[Interview] “Un business freelance, c’est un travail d’échange de valeurs entre deux êtres humains.” - Thomas Burbidge et sa vision de l’indépendance.
Les nouvelles de Caravel
[Interview] “Un business freelance, c’est un travail d’échange de valeurs entre deux êtres humains.” - Thomas Burbidge et sa vision de l’indépendance.
Moins de 30 ans, pourquoi épargner pour sa retraite ?
Les nouvelles de Caravel
Moins de 30 ans, pourquoi épargner pour sa retraite ?