Accueil
Tout comprendre de la retraite

[Interview] “Le travail indépendant existe depuis bien plus longtemps que le salariat”- Hind Elidrissi

Retrouvez une nouvelle interview par Caravel !
20/7/22
Marie Janoviez
45
MINUTES

Merci de découvrir avec nous Hind Elidrissi.

N'hesitez pas a visionner nos autres interviews.

📒 Au programme de notre échange passionnant de 40 minutes :

- Comment es-tu entrée dans le milieu de l’indépendance ?

- Pour toi, l’entrepreneuriat est plus ancien qu’on ne le pense ?

- Quels sont les tendances futures du monde du travail d’après toi ?

- Que penses-tu du futur des carrières linéaires ou non linéaires ?

- Pourquoi dis-tu que les indépendants ont créé le syndicalisme ?

- Qu’apportez vous de plus que les autres syndicats existants avec http://indépendant.co ?

- Quelle sera la place des acteurs qui aident les indépendants dans les années à venir ?

Lien de l'article : https://www.getcaravel.fr/blog/transcription-interview-hind-elidrissi-le-travail-independant-existe-depuis-bien-plus-longtemps-que-le-salariat

Transcription de la vidéo

Quand on parle de protection sociale des indépendants, il y a une personne à côté de qui on ne peut pas passer cette personne c'est Hind Elidrissi.

Elle est à la fois fondatrice de We mind, une mutuelle pour les indépendants mais aussi de "independants.co".

Échanger avec elle nous a permis de creuser le statut d'indépendant, son histoire, ses actualités mais aussi ses perspectives futures. J'espère que notre échange vous plaira ! Je vous souhaite une bonne lecture!

Je commence par te laisser introduire rapidement qui tu es et nous parler de We Mind et d’indépendants.co.

Pour raconter mon parcours hyper rapidement, moi, j'ai quand même été salariée. Tu ne peux pas comprendre, tu ne peux pas créer We Mind si t'as pas été salariée. C'est à dire que moi comme j'ai été salarié et que j'ai pu, en gros, bénéficier de tous les avantages du salariat. Et bien, le jour où j'ai été moi même entrepreneur indépendant je me suis dit: “bon je vais aller recréer ça pour les indépendants.” Donc c'est vraiment une idée un peu toute con et c'était pas une idée vraiment révolutionnaire c'est juste que tu appliques quelque chose que tu connais déjà et du coup je me suis dit :  “moi je sais faire de l'assurance notamment”

et ce que moi je sais faire ça peut bénéficier au plus grand nombre et notamment à des gens qui ne sont pas salariés de grosses boîtes et qui ont choisi d'être indépendant. Ouais, du coup, ce que je me suis dit c'est qu'on va se mettre au boulot pour pouvoir créer ce service là !

La spécificité de We Mind d'ailleurs c'est pas le produit, c'est qu'en fait ce à quoi, moi, j'ai vachement réfléchi c'est quelles sont les valeurs, qu'est ce qu'on veut apporter. Voilà qui était vachement basée sur les valeurs de bienveillance, de responsabilité, de quelque chose qui je pense nous définit quelque part mais qui définit beaucoup de gens. Il n'y a pas que moi. Mais en tout cas d'apporter cette dimension là aussi dans le produit dans la relation aux autres, ... c'est un peu là, c'est cette chose d'un petit peu de contributions, c'est à dire,

quand on réfléchit à la question du travail. Le travail sert à quelque chose dans le sens où ça te sert à titre personnel ça te sert à gagner ta vie et au niveau des autres c'est une question de contribution en fait les gens te donne de l'argent parce qu'ils estiment que ce que tu fais leur apporte une contribution. Quand tu vas chez ton boulanger, ça lui permet de gagner sa vie et puis en même temps ils contribuent à tout l'environnement autour de lui en fournissant du pain. Chacun est un petit peu dans cette logique là. C'est comme ça que j'ai construit We Mind.

C'est pour ça que d'ailleurs, c'est pas par hasard que le que le logo de we mind, c'est une espèce de cercle qui est en réalité une planète. C'est une planète très imagée qui bouge, qui est très colorée. Avec ce côté,un petit peu, les choses circulent. C'est un peu tout ça derrière la philosophie des images. C'est un petit peu comment moi je suis rentré dans l'aventure We Mind.

Tu vois je comprends totalement ce que tu dis sur le fait voilà être salarié pour pouvoir créer We Mind pour justement avoir en fait ce qui allait te manquer et du coup l'appliquer aux indépendants. En même temps, comment ce milieu indépendant ? Est ce que toi justement  dans ta famille il y avait des indépendants, autour de toi il y avait des indépendants, toi c'était quelque chose que tu voulais faire ? C'est quand même un monde que tu parles, que tu découvres, mais je suis convaincu qu'on va être de plus en plus à avoir des carrières non linéaires et ce que ce soit complètement décorrélé.

Mais aujourd'hui, il y a encore quand même ces deux cases: indépendantes et salariés. Comme toi, tu vois, du coup comment toi tu es arrivé à être finalement dans cette case à te rendre compte que prendre cet indépendance c'est faire le plein de choses, en fait. C'était un petit peu, je ne sais pas toi mais moi quand je suis sortie des études, j'étais à l'ESCP. On avait cours de finance, marketing, tous ces trucs là. Moi, il y a un seul cours qui m'a intéressé. C'était le cours d'entrepreneuriat. C'était vraiment le seul, quand j'y allais, où j'avais les yeux qui brillaient.

Le cours de finance je n'avais pas les yeux qui brillaient et je n'avais pas des bonnes notes d'ailleurs. La compta je trainais les pieds, le marketing je voulais vraiment me tirer une balle. Alors qu'en fait tout ça c'est un peu des ingrédients de l'entrepreneuriat mais en fait j'y arrivais pas alors que le cours d'entrepreneuriat c'était le seul qui m'intéressait. Parce que tu as l'impression que tu peux prendre une feuille blanche et dessiner ce que tu veux donc c'est ça que je trouvais assez fascinant.

Toi, c'est vraiment ce moment d'études. Il y avait ce côté où l'entrepreneuriat t'attirais. T'avais envie d'être entrepreneur et donc après le salariat tu as dérivé sur l'indépendant. C'est pour ça que d'ailleurs, je ne sais pas comment te dire mais en gros le fait d'être entrepreneur si tu sais et que tu es fait pour ça tu le sais. C'était d'ailleurs même quand j'étais salarié j'ai jamais pris un seul job salarié en gros où tu arrives et tu ne remplaces pas quelqu'un. Tu fais un job, voilà c'est on crée une nouvelle mission, on crée un nouveau poste. C'est pour faire un truc que personne n'a jamais fait, qui est volontaire,..  J'ai fait ça en tant que salarié. Quand tu as cette personnalité là, c'est sûr que c'est fait pour toi. Et c'est pour ca que c'est pas fait pour tout le monde d'ailleurs.

Moi ce n'est pas du tout la même histoire que toi, c'est même l'opposé. Moi, j'ai jamais pris à l'école un cours sur l'entrepreneuriat. C'est pas parce que ça ne m'intéressait pas. Je m'en suis rendu compte après parce que je te rejoins sur le fait que clairement oui mais en fait moi j'avais l'impression que si tu montais pas une app ou une boîte très tech ainsi que si tu avais pas ce truc là bas tu étais pas les start up et n'était pas entrepreneur. Alors qu'en fait du coup, là, aujourd'hui, l'entrepreneuriat est bien plus large et quand tu donne l'exemple d'un boulanger, c'est un entrepreneur. Je ne le savais pas du tout à l'époque. En fonction de la période à laquelle tu fais tes études, tu as un peu ce que tout le monde a en tête. Moi quand

je faisais mes études tout le monde voulait être salariés et puis aujourd'hui, les étudiants veulent monter une start up tech. C'est ce qu'ils souhaitent.

Tu as toujours des trucs à la mode mais après dans certains cas la mode c'est pas forcément pour tous, au bout d'un moment faut quand même choisir ce qu'on va vraiment faire plutôt que juste wayne. Tu vois moi, c'était quand même pas trop à la mode. C'était il y a quelques années donc c'était pas le côté à la mode, c'était que j'avais l'impression qu' un entrepreneur c'était dave digital et pas qu' en fait tu peux comme tu dis : un artisan, mais comme un freelance. Comme j'avais vraiment une vision je me rend compte assez étroites. C'est pour ça que je trouve ça intéressant quand tu parles de jeu salarié à We Mind. Ce côté un peu indépendant presqu'un monde d'indépendant. Enfin, tout ce qui en découle et donc que soient les artisans, les freelances,...

Ce travail est bien plus vaste moi je l'ai vraiment, en fait, découvert après. Il y a une petite

passerelle avec toi quand j'avais écouté la conférence avec la MAIF sur la protection sociale et justement ce que tu disais. Quelque chose sur les indépendants, le Freelance, ... on en parle beaucoup aujourd'hui. Ça fait quelques années que ça explose, … alors qu'en fait ça remonte à bien plus longtemps et du coup cet aspect un peu historique aussi. C'est quelque chose d'hyper intéressant dont tu as parlé et je serais assez intéressé qu'on en reparle aussi juste après. mais le travail à la base c'est quelque chose où le ou les gens ont toujours été indépendant, de base, en fait le travail indépendant existe depuis bien plus longtemps que le travail salarié même si bien sûr tu as plein de phénomènes en fait dans le passé  par exemple l'esclavage tu vois c'est le truc il y a des gens qui ont travaillé en étant esclaves et parce qu'ils n'avaient pas le choix parce que c'était parce que c'était comme ça mais cela dit là on va dire le travail de base il est quand même plutôt indépendant.  Ce qui est intéressant c'est que le salariat c'est une sorte de compromis dans lequel tu sais que tu dois travailler pour quelqu'un, tu sais que tu es dépendant de cette personne donc tu dis ok bah tant qu'à faire on va l'écrire sur un papier, on va en faire un contrat et puis tu vas me garantir de me payer un salaire tous les mois parce que comme ça je peux nourrir ma famille tous les mois. Ca c'est ce qui est une modalité du travail mais si tu regardes en fait je ne sais pas moi dans la France de Henri IV par exemple ou alors si tu vas dans d'autres pays même à l'heure actuelle ou en fait la plupart des gens étaient agriculteurs de base et ben du coup chacun son petit bout de terre et chacun cultive son truc.

T'es pas dépendant de quelqu'un d'autre et aujourd'hui on est dans une société où on est très très interdépendants de plein de choses et donc du coup on est dans une situation où même aujourd'hui, quand t'es indépendant en fait t'es interdépendant avec plein d'autres choses. C'est ça qui est intéressant d'ailleurs.

donc en fait c'est pareil d'ailleurs pour le syndicat où les gens disent ah voilà c'est un petit cadeaux et tous. Les indépendants ont inventé le syndicalisme donc ils se sont syndiqués bien bien avant les salariés.

Il y a 3 choses que tu as dit qui m'interpellent donc qu'en tu dis le travail au départ il est indépendant plutôt que salarié en fait le salariat ça devient autre chose. Là, tu contractualises les relations. Aujourd'hui, il y a plus d'interdépendance. Mais du coup par exemple un agriculteur, il y avait aussi une forme d'interdépendance. Tu devais faire du troc ou de l'échange. Sauf si tu étais auto suffisant et que tu veux aider parce que tu sais tu as quand même ce rapport là dans le travail non ?

Oui, mais en fait pour le coup ça n'a rien à voir.

Par exemple: si tu lis; moi je me souviens j'avais lu au collège Claude Michelet. Tu sais, c'est une trilogie dont le premier bouquin s'appelle "des grives aux loups".

De nom mais je n'ai pas lu. Je me le note.

Du coup c'est intéressant si tu veux tu vas avoir une vision du travail de ce que c'était le travail au XIXème siècle ou en fait donc il raconte l'histoire d'une famille qui habite en Corrèze à côté de brive la gaillarde. Maintenant l'endroit est hyper connu parce que c'est un peu l'endroit où tu fabriques des présidents de la république c'est là que Chirac à grandi. Donc c'est un département français où il n'y a pas grand chose mais qui du coup est connu pour fabriquer des présidents de la république. Moi j'avais l'impression de connaître la Corrèze en ayant lu c'est vraiment une grande fresque familiale où il raconte l'histoire de cette famille qui vit donc en  Corrèze et ils sont dans un village où ils ont une petite ferme. Ils cultivent ce que tu vois en fait, dans toute l'évolution de cette famille. Tu vois au tout début c'est des gens où on n'arrive pas à imaginer son style de vie c'est en fait un style de vie donc effectivement des paysans étaient dans un village etc mais en fait tu es très largement autosuffisant.

Par exemple :les supermarchés n'existent pas, les vêtements tu en achète très peu, souvent les gens portent les mêmes vêtements tout le temps voilà c'est comme ça. Sauf quand il y a la fête du village et que tu te fais toute belle pour rencontrer un fiancé.  En dehors de ça quand même les gens ne sont pas bêtes. Ils ne sont pas habillés à la dernière mode machin et en plus il n'y a pas tout le travail fait au champs, il n'y a pas à l'époque où le livre démarre, il n'y a pas du tout de tracteurs, il n'y a pas là bas de matériel. Tu es en fait dans toute la saga parce que la saga se fait sur plusieurs générations donc au début tu as trois enfants avec les parents. Après il y a un des enfants qui devient le patron de la ferme etc et les relations avec les voisins dont on découvre un petit peu tout ça. En fait, ils ne sont pas du tout dans notre mode de consommation donc ils sont beaucoup en autonomie et une autonomie qu'ils vont perdre puisqu'il va falloir passer aux machines parce que si tu passes pas aux machines tu vas pas pouvoir maintenir la productivité. Il faut trouver des débouchés pour vendre tes trucs. Après, ils finissent par aller à Paris, en tout cas une partie de la famille évidemment parce que les gosses qui font des études. Au bout d'un moment il y aura la guerre, après il y a plein de choses et donc les équilibres du

Le début est évidemment détruit. Mais à  un moment donné j'ai trouvé ça intéressant de regarder. Effectivement ces trucs un peu historiques c'est que c'est pas déconner en fait comme  modèle. C'est juste qu'aujourd'hui on est dans une situation très différentes de ce nom notamment parce qu'on parlait d'une des modes de consommation notamment par rapport à ça.

Est ce que quand tu parles aujourd'hui il y a beaucoup plus d’interdépendance c'est lié à justement à nos modes de vie actuels, c'est lié à la mondialisation, c'est lié ces éléments là. Est ce qu'il y a un élément ?

Oui, la mondialisation, le numérique, l'urbanisation puisque voilà c'est quand même le fait que la France a quand même été très longtemps un pays rural mais du coup maintenant ça l'est quand même beaucoup moins. D'ailleurs dans ces fameuses histoires là, où en fait, on envoie les enfants à la capitale. On envoie les enfants faire des études parce qu'on sait que pour s'en sortir voilà c'est ça qui est, ça qu' il faut. Mais ça vient effectivement détruire un équilibre qui existait avant et donc aujourd'hui, on a beau être un freelance qui s'en sort très bien si jamais le supermarché en bas de chez toi il n'est pas approvisionnée par une chaîne logistique du coup tu te retrouve dans une situation qui est quand même compliquée même si économiquement de base tu t'en sors bien. En fait, on est vraiment dans un paradigme qui est vraiment très très différent de ce qu'a pu être le travail des indépendant à une époque.

Du coup si on a un peu l'histoire, si on est là aujourd'hui comment ça va évoluer ?

C'est la question ! Alors j'appelle ça la futurologie ! Pour préciser la question, peut-être, parce que ce que je disais n'est pas forcément de prédire l'avenir même si encore une fois c'est à des pistes n'hésite pas à nous les partager c'est vraiment plus sur les tendances.

Tu vois quand tu parle justement de ce côté où on était dans un équilibre assez, on va dire l'autonomie interclasse et familiale, aujourd'hui, y'a beaucoup plus de mouvements, les changement numériques, ... qu'est ce que tu vois en termes de tendance? Est ce que pour toi ça va être de plus en plus toujours interconnecté, interdépendants, à des échelles internationales ? Est-ce qu'on va finalement revenir à quelque chose tel qu'un équilibre un peu plus proche même si ce n'est pas tout à fait le même qu'au 19e siècle.

Moi tu vois par exemple au delà de savoir prévenir l'avenir je suis assez persuadé, qu'

Au début, on n'aura pas de carrière linéaire.

Que ce côté indépendant, versatile alors il va quand même être amené à évoluer voilà donc c'est plus dans ces tendances là.

Autant on peut pas dire, on peut pas prédire l'avenir mais ce que tu dis par exemple sur le fond, les carrières linéaires,... C'est déjà le cas il y a effectivement déjà plus de carrières linéaire donc ça on sait déjà parce que c'est déjà un

phénomène qu'on peut constater aujourd'hui.

Il y a, en fait, c'est ça c'est des choses effectivement qu'on peut contenir.  Moi en gros ce que j'aime bien raconter un petit peu quand on peut ce genre de questions s'est il faut essayer de se raccrocher à ce qu'il change pas la nature humaine ne change pas donc tu auras toujours besoin de manger tu auras toujours besoin du printemps, Pyramide de maslow, de ratures, besoin d'être en sécurité et on a toujours besoin d'avoir à manger, toujours besoin d'avoir des amis, t'aura toujours besoin d'avoir une famille, tous tes besoins humains, ... quasiment sûr que ça va rester. Puis après, là c'était un petit peu les grandes choses dont on sait que c'est assez certain. Puis après ce que tu peux regarder c'est qu'elles sont un peu les signaux faibles de ce que tu vois autour de toi,  

qui est en train de se passer. Et effectivement, aujourd'hui, on est dans une analyse est quand même l'environnement dans lequel on écrit des romans d'évolution technologique, il ya un environnement dans lequel la notion d'environnement de climat,

elle devient de plus en plus importante. Elle va peser d'une façon ou d'une autre sur notre vie quotidienne. On va aussi avoir une question qui est le dire la question des modèles sociaux auxquels on réfléchit beaucoup. Je suis indépendant.c c'est à dire avec quel modèle social en vie et donc du coup toutes ces questions là et quelle que soit je vais dire si tu vas par exemple dans les pays qui ont fait par exemple de l'esclavage. C'est un modèle social on aime ou on n'aime pas mais c'est un modèle social. Le féodalisme on aime ou on aime pas, c'est un modèle social. Le salariat, on aime ou on aime pas c'est un modèle social. Et c'est quoi le modélisme celle de notre époque on n'a pas encore défini est donc aujourd'hui, moi, je pense que les indépendants et qu'ils ont un rôle à jouer dans définir le manège social alors est ce que moi je peux le définir la réponse est non ! Parce que c'est de la futurologie et j'en suis pas capable mais de toute façon il va en falloir un, un modèle économique. Un modèle social, il va falloir que d'une façon ou d'une autre. Il se pose la question de la protection de l'environnement donc toutes ces questions doivent se régler. Comment elles vont se régler je n'en sais rien.

Parce que tu vois alors pour revenir quand tu disais sur le web par exemple au sujet des carrières linéaires c'est quelque chose aujourd'hui qu'il y a déjà le cas : oui et non. Dans la mesure où, aujourd'hui, alors si on dit qu'à la mesure ne pas rester toute ta vie dans une seule entreprise ça on est d'accord que c'est quelque chose qui est aujourd'hui plus dans mon actualité.

Mais au final c'est comme Samuel le disait par exemple: Moi je vois autour de moi je suis quand même plutôt la minorité. J'ai plein de potes qui sont salariés, se voit faire leur temps voilà dans une ou plusieurs boîtes et puis jusqu'au moment de la retraite. A introduit du coup cette thématique ma retraite mais vraiment encore ce temps là alors est-ce qu'ils le feront pas j'en sais rien. Mais en tout cas, il y a quand même encore aujourd'hui les indépendants et les salariés. Même s'il y a de plus en plus de gens qui font les deux qui font, c'est quand même un modèle large. Si ça m'intéresse forcément d'avoir ton avis beau là dessus parce que ça c'est vraiment l'image que j'en ai et là où je pense que ça va complètement évoluer. Mais du coup, sûr ça toi, c'est quoi ton avis là dessus ? et comment tu vois les choses notamment voilà c'est un peu de trois temps vie où tu te formes, de travail à temps plein.

C'est intéressant la façon dont tu amènes ce sujet là. Parce que en gros il est amené par le biais de la perception individuelle alors la perception individuelle donc je vois très bien et je connais des gens comme cela.  

Moi voilà je suis je suis diplômé de mon école, voilà, je cherche un boulot et puis oui mon objectif c'est de passer quarante ans dans  l'entreprise d'être tranquille, ok. Donc ça c'est un petit peu comme si tu disais j'attends que le père noël arrive à la maison.  

Mais j'ai mis le paquet de gâteau, le truc et tout, ... J'ai fait le chocolat chaud tout ça donc le père noël est arrivé. Bon je suis désolé. On est dans le monde des adultes c'est pas parce tu espères, tu sais pas parce que tu penses que tu mérites que le père noël apportent des cadeaux qu'il va t'apporter des cadeaux. Non, ça ne fonctionne pas comme ça parce que le jour où tu es déjà adulte, les cadeaux en vrai, ils sont ramenés par ses parents.

Il faut parce qu'il faut.

Donc la question qu'il faut se poser c'est pas celle là. Ça c'est pour moi, une erreur d'interprétation parce que si on se posait la question comme ça on se dit voilà oui si moi j'ai envie de bosser, si j'ai envie de bosser toute ma vie dans la même boîte je peux bosser toute ma vie dans la même boîte ben non. Ça ne se passe pas comme ça.

La question c'est : Est ce que la boîte va vouloir de toi toute sa vie ? Après alors là quand je parlais au delà d'une boîte c'est même ce côté salariés je crois. Plus qu'une boîte ça je pense là. Oui mais du coup on fait pour le coup moi, je pense pas que le salariat est

morts loin s'en faute de toute façon si tu y vas moi je pense qu'il va rester des salariés de façon très importante et il y a de grandes chances que ça reste le modèle dominant du travail. C'est pas la question en fait ce qui est intéressant c'est que ce qu'on dit par exemple quand on dit que les carrières sont de plus en plus haché ça veut dire que finalement un indépendant par exemple dans le freelancing c'est tu changes de boite régulièrement mais les salariés aussi ont changé de boîte régulièrement. En fait, il va y avoir une sorte de rapprochement entre les salariés et les indépendants. C'est pas tellement la question de savoir si tu vas pouvoir. Même en étant salarié tu seras pas forcément sur le même job, sur le même truc et donc il va falloir de toute façon se réinventer plus souvent y compris pour les salariés, ouais. Je sais tu vois c'est en fait l'idée j'essaye de transmettre c'est qu'en fait c'est pas l'individu qui décide de ces conditions de vie.

c'est qui alors ? C'est l'écosystème ?c'est les interdépendances dont tu parlais tout à l'heure ?

Mais c'est plein de choses je veux dire toi tu serais née au bangladesh ben du coup on aurait une autre type de discussion parce que tu serais dans les conditions de vie du bangladesh. Voilà ! Tu serais née à Buckingham palace on aurait une autre discussion parce que tu serais à Buckingham palace. Tu fais avec éléments voilà ce que tu fais avec tu fais avec les éléments qui sont possibles pourquoi tu vas chercher du boulot mais tu vas chercher du boulot que ce soit d'ailleurs en indépendants ou salariés.

Tu vas chercher du boulot de ce qui est disponible dans l'environnement, dans le cas tu es à l'instant T et en fait ce que tu fais c'est parce que tu as envie tu fais ce qui est possible et en fait ton champ des possibles c'est pas tellement toi qui le définit. C'est pour ça qu'on a ces discussions là c'est parce que comme c'est pas nous qui définissons, on essaye de comprendre qu'est ce qui définit et comment on peut se positionner. Là dedans et c'est là qu'on a une discussion qui est intéressante parce qu'on peut se dire bon ok aujourd'hui comment je m'organise par rapport à l'environnement dans lequel je suis.

L'environnement, oui, effectivement l'environnement bouge tout le temps et ça c'est pas un individu qui maîtrise comment l'environnement évolue. Ce que j'aime bien dans ce que tu dis et ce qui est intéressant c'est que je trouve que quand on à des discussions notamment toutes les pensées autour du futur hop etc il y a beaucoup de choses super intéressantes mais aussi une certaine image un peu très optimiste, très belle t'es indépendant, t'es Freelance et c'est un choix et autonome et je suis digital nomades et c'est vraiment superbe aussi ... c'est une petite foule mais c'est un peu une partie immergée de l'iceberg il ya beaucoup plus derrière ça et je trouve que c'est intéressant parce que c'est sur le fait que ce n'est pas  juste l'individu et l'individu n'a pas toutes les cartes en main pour. Il ya plus de sujets que juste bon bah trop bien je peux bosser de partout avec mon ordinateur c'est un petit bout, c'est un petit bout des gens c'est pas tous les jours, c'est pas ...  et ce qui n'empêche pas que si tu as dans le documentaire de Sam, c'est ce qu'on voit. Ce qui n'empêche pas qu' aujourd'hui on est dans un cas comment dire on est dans un monde dans lequel c'est possible.

Je prends typiquement tu sais les devs en informatique en fait on devrait aujourd'hui quand tu es très bon dev tu peux facturer très cher tu peux vivre très bien et en gros tu décides de ce que tu décides donc tu décides si tu veux être digital nomade tu décides si tu veux être cela,...  donc  c'est pas faux en fait ce qu'on raconte c'est quand même très vrai. Bien sûr parce que je trouve ça intéressant c'est quand tu parles de l'environnement où typiquement même sur cet exemple là c'est lié à un environnement, un moment et comme dans tout environnement voilà tu as aussi différentes façons de t'y insérer. Exactement c'est qu'en fait ce que je peux comprendre le phénomène dans sa globalité c'est pas la question d'individus en fait. Aujourd'hui de façon beaucoup plus prosaïque les développeurs informatiques qui sont en situation de chômage négatif bon ben voilà c'est ça qui explique pourquoi ils peuvent se mettre en freelance pour quoi ils peuvent facturer cher, pourquoi ils peuvent être digital nomade, parce qu'ils ont des compétences qui aujourd'hui sont rares sur un marché. Demain leurs compétences à elles deviennent abondantes sur le même marché les gens vont arrêter de les payer 500 euros ou 1000 euros/ jour. Oui complètement.  Les boîtes qui les payent ce prix la elle ne le font pas pour la charité c'est pas juste parce qu'on les aime bien mais même si on les aime bien mais c'est pas le sujet. Ce ne sont pas des relations bisous non plus. C'est quand même tu as des relations de travail, tu es en situation de pouvoir facturer d'une certaine façon, tu fais et puis le jour de trappes une situation je peux garantir que les entreprises ne vont pas te donner de l'argent comme ça.

Et c'est là où effectivement ce qui est intéressant quand on est un individu instructeur. C'est aussi de se faire un  comment dire un plan de carrière ou voilà de bien réfléchir à sa valeur sur le marché mais après ce qui est vrai aussi c'est que  typiquement les devs un peu les financer tout ça va devenir enfin pour moi aujourd'hui ça devient quand même l'aristocratie du travail indépendant. C'est là où tu es bien payé, c'est ce truc qui est bien.

L'aristocrate du travailleur indépendant, pas mal c'est une nouvelle formulation mais, ouais, non complètement j'ai une question pour toi, sur le syndicat parce que tu as dit tout à l'heure quelque chose. Tu nous a présenté Wemind, un peu moins parler d' une présentation du syndicat si tu veux introduire quelques mots n'hésite pas et du coup peut-être pour introduire le sujet c'est ce qui m'est venu tout à l'heure : tu disais, en fait, on se dit que c'est les salariés qui ont  inventé le syndicalisme alors qu'en fait c'est est indépendant et du coup moi je sais que quand je parle du syndicat il y a plein de gens qui sont comme : un syndicat des indépendants ça existe ! incroyable !

Quand même ce truc on a l'impression que c'est une nouveauté complète du coup tu le disais tout à l'heure, en fait c’est les indépendants qui ont inventé le syndicalisme est pourtant là on a l'impression que c'est une nouveauté complète. Même si le syndicat est une nouveauté en lui-même. Parce que les syndicats d'indépendants, des jeunes ne s'appellent pas forcément syndicats. Par exemple: je vais te donner le nom d'une organisation qui est un syndicat donc il est absolument certain que c'est un syndicat dont tu entends parler très souvent dans l'actualité mais que tu n'aurais pas d'idée de qualifier de syndicats. Cette organisation c'est le medef. C'est un symbole cas d'indépendants qui dirigent des trop grosses boîtes. Je vais te donner le nom d'un autre syndicat aussi très connu c'est plus des indépendants et pas des grosses boîtes: l'ordre des médecins. Ça existe depuis très longtemps donc en fait il y avait une époque où tu avais les tailleurs de pierre et bien voilà les tailleurs de pierre il y avait un syndicat est en fait c'est que du coup les syndicats de tailleur de pierres etc en fait il avait dans les rôles tu vois dans le syndicat de l'ordre des médecins, des tailleurs de pierres, ... tu gères plein de choses en fait dans un syndicat. Ce que tu fais c'est que tu gères toutes les problématiques qui sont liées au travail c'est à dire, comment on rentre dans le métier, comment on apprend le métier, comment structure le marché pour les clients, comment garantir une des choses qu'ils étaient censés faire, par exemple l'ordre des médecins, c'est de garantir que à chaque fois que tu vas avoir un médecin qui est un type compétent. C'est à quoi la fin aussi le conseil national des barreaux qui est l'équivalent pour les avocats donc du coup que tu vois bien quand je te donne tous ces exemples si organisations là que tu les connais une église mais tu mets t'as pas l'habitude d'appeler syndicats. C'est pour ça que vous avez fait le choix aussi vraiment de vous nommer syndicat ?

Parce qu'en fait ce qu'on voulait c'était dire que ce qu'on veut aujourd'hui s'est installé des nouveaux droits pour les indépendants. Pour ça il faut passer par un syndicat donc ce qui est un peu notre fil, à un peu la voix là mais en fait le concept de syndicats c'est à dire de se retrouver par rapport à un autre métier c'est pas quelque chose qui est tout le monde pense que ça a été inventé par les salariés mais pas du tout. J'ai une question ! Depuis que le travail existe  il ya des syndicats qui remplissent toutes leurs missions la banque c'est-à-dire l'accès à la profession la formation, la structuration du marché, la garantie ou auprès des consommateurs d'avoir un service de qualité. Voilà c'est à ça que sert un syndicat. D'ailleurs indépendant .co est pas tout à fait 1 syndicat puisque c'est un néo syndicats donc en fait c'est plutôt, c'est une structure dont on fait beaucoup... qui a beaucoup, qui est beaucoup dans une logique de think tanks parce qu'en réalité aujourd'hui la situation des indépendants elle est tellement changement que un seul syndicat ne suffira pas et qu'il va falloir qu'ils aient plein de choses qui se crée autour des indépendants c'est pour ça que d'ailleurs on n'a pas parlé aux syndicats dont l'activité par exemple la en 2022 on va beaucoup fonctionné comme un think tank typiquement pour pouvoir produire des phares voilà des idées de loi notamment pour pouvoir faire avancer la situation des indépendants. Tu vois par exemple ce qu'on fait là c’est un peu une des missions du syndicat s'est notamment de faire de l'évangélisation sur la question des indépendants. On a des missions qui sont en réalité hyper hyper hyper larges ne sera pas qu'une seule organisation et le but d'ailleurs c'est qu'il y en ai plein.

J'ai deux questions qui viennent en tête la. Là première c'est t'as sité tu vois les médecins, les avocats, ... exemple finalement deux professions indépendantes du coup... vous aujourd'hui via du coup ce nom parce que c'est quelque chose le nom indépendant, liberté, il englobe énormément de choses.

Est ce qu'il ya une très bonne chose et du coup vous quelle est la brique, quand je dis les choses sur la brique vous apportez puisqu'on remercie les médecins ont leurs syndicats, les avocats leur syndicat, les chefs d'entreprises ont leur syndicats. Vous est-ce que c'est pour regrouper tous ou est ce que c'est pour une autre partie des indépendants ? Comment tu vois les choses?

Oui sinon très bonnes questions. D'ailleurs je trouve que c'est intéressant parce que ça veut dire que c'est un peu pareil. D'ailleurs pour Wemind si tu veux comprendre ce que c'est il faut regarder le nom. Qu'est ce qu'on dit dans le nom indépendant.co. Qu' on s'adresse à l'intégralité des indépendants et ça ce qui est une grosse équipe comme une grosse différence. Par exemple : par rapport à l'ordre des médecins qui s'intéressent à d'autres métiers ça va être une différence.

Par exemple : par rapport au medef qui s'intéresse à des structures d'une certaine taille et puis après l'autre nouveauté enfin aux caractéristiques qu'on peut avoir c'est je pense notre méthode de travail.

Moi, j'ai vachement conscience qu'il y a une révolution numérique et que la révolution numérique fait partie de ce qui change ton quotidien et ça veut pas dire que les gens ont décidé de changer mais de fait ça change du quotidien. Ça a des impacts, y compris pour les indépendants et donc le fait qu'on soit dans cette logique, on est quand même dans un changement de système. C'est vrai que les organes des nations plus traditionnelles c'est pas leur cheval de bataille de dire: “attention on est en train de changer de système”. Alors que ça pour moi c'est très fort. Je pense “attention on est en train de changer de système” donc du coup tu peux juste pas continuer à faire comme avant tranquillement.

Toujours de nouvelles choses.

Après notre méthode de travail c'est qu' il faut que ce soit les indépendants qui s'emparent des sujets, il faut que ce soit eux qui s'expriment. C'est ça un petit peu la spécificité de independant.co. C’est vraiment pour ça qu’on fait ça à ce point précis de l'histoire parce qu' en fait il y a un truc qui se passe en ce moment. Parce qu'une révolution technologique tu en  a pas tous les 5 ans. Mais là, on est dedans.

Le dernier point sur lequel ça serait du coup d'avoir un retour c'est que tu as parlé à plusieurs reprises par tous sauf  un peu dans cette idée de renouveau modèle social autour du syndicat et d'acteurs. Pour toi quand tu parles de ça, des acteurs du coup comme Wemind, Caravel qui veulent justement apporter aux indépendants ce qu'ils peuvent perdre par rapport à un salarié comment tu vois. De quoi la cohabitation de ces différents acteurs à la fois, de l'État avec les actions du syndicat pour justement comme tu parlais, des lois et faire bouger les choses c'est de ce côté là quelle est la place d'acteur du goût comme Wemind et Caravel?

C'est difficile de répondre à cette question parce que c'est d'ailleurs pour ça que même chez Wemind et même si c'est un contributeur du syndicat des deux entités juridiques eux qui sont complètement séparés mon gouvernement est complètement séparé c'est même quasiment un accident que ce soit  je reste les deux tu vois ça pourrait même et je pense même à l'avenir ça sera de ce sera des personnes différentes qui gèreront wemind et  le syndicat. Pour moi aussi bien caravel que wemind c'est plus de l'aventure entrepreneuriale et donc du coup voilà comme finalement comme toutes les entreprises quoi et alors que le syndicat une vocation plus public donc ce que veut dire c'est que justement un peu si on prend un peu de recul et une fois sur cette image globale d'un  monde qui change, la demande et avec l'impact cette amérique avec tout ce qui se passe en ce moment, comment finalement  chacun arrivera à voler sa place et c'était pas pour mettre ça sur différents niveaux. C'est plutôt toi qui es vraiment hyper impliqué dans cet écosystème là. Comment est-ce que du coup tu vois justement de plus en plus d'acteurs qui sont partis sujet. Est-ce que c'est aussi via des entreprises comme Caravel et toutes les autres réparties nettement sur les différents services dont on peut avoir besoin justement en tant qu' indépendant. Quel est ton retour sur cet écosystème là. C'est très difficile de répondre. Pas vraiment de réponse à cette question. À terme en réalité parce qu'en fait en vrai tout peut enfin ça fait partie des choses qui sont pas content je sais que je vais citer samuel puisque j'ai aussi une phrase qu'il disait tout le temps c'est que la meilleure façon de créer le futur, de connaître le futur c'est de créer mais voilà c'est un peu ça en fait toute l'interview qu'on a fait c'est pas forcément pour dire quel va être le rôle de ceux ci ou de cela c'est parce qu'en fait on sait pas... Par contre ce qu'on peut faire c'est que je te dis comment moi je le fais, comment moi je bosse chez Wemind et l'objectif c'est d'apporter des services auprès des freelances, aux entrepreneurs de le faire d'une façon qui est la plus éthique possible. Après, au niveau du syndicat le but c'est de porter la voix des indépendants dans un contexte où il y a beaucoup de changements et où il faut repenser les choses. Ça il faut le faire et c'est un travail collaboratif donc après de dire qu'est ce qui et quelle sera la place des entreprises ? Comment tout ça se met en place ?

En fait, la vérité c'est qu'on ne sait pas comment.  C'est que je ne sais pas.

J'en entends bien sûr mais là au delà parfois que le site était plus sûr. En tout cas voilà on voit qu'il y a des briques qui se mettent en place, que moi j'ai le sentiment mais j'ai l'impression d'avoir un regard neuf et que je pense que toi tu as plus de recul sur ça. Aujourd'hui, il y a de plus en plus d'acteurs, qui à la fois, donc côté syndicats pour porter la voix, à la fois côté services d'entreprises pour créer, construire mais qu'en tout cas ça devient quelque chose dont on parle de plus en plus. C'est à dire en croissance et donc c'est pour ça que à la fois j'avais envie que cet aspect historique dont tu nous a parlé parce que je trouve qu'on a l'impression très souvent que voilà ça fait dix ans qu'avec la crise, trop vite, s'est accéléré alors que y'a vraiment des bases beaucoup plus profonde et du coup on est complètement d'accord sur le fait qu' on sait pas de quoi demain sera fait. Mais qu'en on à la sensation que plus en plus d'acteurs qui sont ces sujets un peu mais voilà... C'est double tranchant puisque c'est comme ça qu'on peut pas dire vraiment c'est pour ça qu'on peut pas répondre à cette question sur quel va être le rôle des uns et des autres parce que tu vois que ce soit Wemind, Caravel, nous on est   des boites qui font partis des gentils et samuel du parti des gentils mais tout le monde n'est pas gentil dans cette affaire.

On est dans un environnement qui est  très complexe et c'est ce que fut notamment le syndicat. C'est aborder la complexité des choses je trouve juste que c'est bien aussi. Et justement d'avoir ce message de tout n'est pas rose c'est pas parce que tu es un financement indépendant et autonome que tu décides ce que tu fais, tu es jeune et que tu facture beaucoup plus qu'un salarié et que c'est plus complexe que ça, c'est ce que c'est. En tout cas sur ce sujet j'avais envie de l'entendre aussi sur des sujets qui sont un peu une réalité. Je trouve qu'on en parle assez peu et voilà tout ça fait partie des choses. On en vient justement de temps parler vraiment est à la fois pas du tout pour démoraliser loin de là parce que justement il y a plein de choses, plein de solutions qui existent, c'est un secret je n'assure plus optimiste.

Je te remercie énormément, je sais que tu as un emploi du temps très chargé, ça m'a fait très plaisir de faire cet échange avec toi, merci en tout cas !

cetTE VIDeO vous a plu ? partagez lA !
Épargnez pour demain — dès aujourd'hui.
Démarrez une simulation gratuite et sans inscription
Démarrer une simulation
Plus de vidéos...
Se créer des revenus pour la retraite, en réduisant ses impôts
Tout comprendre de la retraite
Se créer des revenus pour la retraite, en réduisant ses impôts
Investir dans un fonds durable pour préparer sa retraite, une bonne idée ?
Finance Verte
Investir dans un fonds durable pour préparer sa retraite, une bonne idée ?
[Interview] “Le travail indépendant existe depuis bien plus longtemps que le salariat”- Hind Elidrissi
Tout comprendre de la retraite
[Interview] “Le travail indépendant existe depuis bien plus longtemps que le salariat”- Hind Elidrissi
[Interview] “Ce qui me motive, m’éclater en rencontrant et en apprenant” - Samuel Durand et le futur du travail
Tout comprendre de la retraite
[Interview] “Ce qui me motive, m’éclater en rencontrant et en apprenant” - Samuel Durand et le futur du travail
[Interview] "Je n'ai jamais joué autant collectif qu'aujourd'hui" - Alexis Minchella et le futur du freelancing
Tout comprendre de la retraite
[Interview] "Je n'ai jamais joué autant collectif qu'aujourd'hui" - Alexis Minchella et le futur du freelancing
[Interview] Travailler plus mais mieux, le futur du travail et de la retraite vus par Laëtitia Vitaud
Tout comprendre de la retraite
[Interview] Travailler plus mais mieux, le futur du travail et de la retraite vus par Laëtitia Vitaud
[Interview] “Un business freelance, c’est un travail d’échange de valeurs entre deux êtres humains.” - Thomas Burbidge et sa vision de l’indépendance.
Les nouvelles de Caravel
[Interview] “Un business freelance, c’est un travail d’échange de valeurs entre deux êtres humains.” - Thomas Burbidge et sa vision de l’indépendance.
Moins de 30 ans, pourquoi épargner pour sa retraite ?
Les nouvelles de Caravel
Moins de 30 ans, pourquoi épargner pour sa retraite ?