Accueil
Tout comprendre de la retraite

Dirigeant d'entreprise et retraite : comment ça marche ?

Chef d'entreprise : nous expliquons votre retraite selon votre situation
14/10/21
Marie Janoviez
12
MINUTES

La retraite est compliquée, c'est encore plus le cas quand on est dirigeant d'entreprise parce que beaucoup dépend de votre statut professionnel. Nous allons donc parler des spécificités selon votre situation. Et puis nous vous expliquons pourquoi il est impératif de commencer le plus tôt possible et comment bien préparer la retraite de ses salariés.

Lire l'article "Dirigeant d'entreprise et retraite : comment ça marche ?"

Transcription de la vidéo

Bonjour à tous, bienvenue sur notre chaîne Caravel. Pour les nouveaux, c'est une chaîne où on vous parle retraite, épargne personnelle, et finance verte, toutes les semaines, sans jargon financier et très simplement. On est ravi de vous retrouver cette semaine pour vous parler du sujet : "Quand on est dirigeant comment prépare-t-on sa retraite ?"


Pour commencer cet article on voudrait vous faire un rappel sur la retraite en France. Elle est donc, schématiquement, constituée de la manière suivante : un régime de base et des régimes complémentaires. Les affiliations et les cotisations vont dépendre de la nature de l'activité exercée : si vous êtes indépendant, si vous êtes profession libérale réglementée, chefs d'entreprise du salarié du privé ou du public.Mais aussi du revenu, du nombre d'heures travaillées qui vous permettent de valider des trimestres de cotisation. 


Le principe est toujours simple, les travailleurs actifs cotisent pendant leur vie active pour percevoir, à partir de la retraite, une pension, c'est-à-dire une somme d'argent versée chaque mois. Elle est censée représenter environ 50% des revenus perçus pendant sa vie active.


L'âge légal de départ à la retraite en France est fixé à 62 ans et à 67 ans pour une retraite à taux plein. "A taux plein" c'est quand on a cotisé environ 172 trimestres, soit 43 ans. 

Pour en savoir plus sur la retraite en France, on vous laisse lire notre article ou regarder l'autre vidéo.


Si vous êtes dirigeant d'entreprise, CEO, si vous créez votre structure, comment sécuriser la suite ?


C'est vrai, l'administratif ne manque pas quand on monte son entreprise. Intégrer la réflexion retraite c'est pourtant primordial, dès le départ. Ne vous dites pas je verrai ça plus tard, cela fait vraiment partie intégrante de votre réflexion globale. Déjà parce que, commencer tôt, le plus tôt possible c'est la clé. On ne vous le répétera jamais assez.


Ensuite, parce que le régime actuel ne vous apporte pas forcément un confort et une sécurité pour votre futur. On vous explique : il n'existe pas une règle universelle, ce serait un peu trop facile sinon. On va donc commencer par aborder la spécificité de votre statut. Dirigeant ça ne suffit pas, il y a plein de choses à creuser derrière. 


Après avoir vu les spécificités, on verra pourquoi est il est particulièrement important pour un dirigeant d'entreprise, de s'y préparer. 

Et enfin, comment, vous pouvez accompagner vos salariés, si vous en avez, sur ces réflexions.


Commençons par la spécificité du statut. Le premier point qui est à étudier attentivement, c'est si vous êtes assimilé salarié ou considéré comme indépendant. 

Parce que la réflexion qui va en découler ne sera pas la même. Dans le cas où vous êtes assimilé salarié, c'est à dire que vous êtes considéré comme un salarié, ça va de soi, les mêmes règles concernant la retraite s'appliquent. C'est-à-dire que vous allez cotiser au régime général de la retraite qui est gérée par l'assurance retraite.


Au niveau du régime complémentaire ce sera l'AGIRC ARRCO. On vous parlera de cette situation précise dans un article, "préparer sa retraite quand on est salarié".

Les cas dans lequel le dirigeant va être considéré comme assimilé salarié vont être notamment, le président d'une SAS, d'une SASU, le gérant minoritaire ou égalitaire d'une SARL,...


Il y a un certain nombre d'autres cas, on vous laisse lire l'article si vous voulez, plus en détails, savoir ce qu'il en est. Les principaux cas dans lesquels le dirigeant va être considéré comme travailleur indépendant vont être : le créateur d'une EURL ou d'une EIRL ; le gérant majoritaire d'une SARL ou enfin l'entrepreneur individuel, dont les micro entrepreneurs. 


Il y a également quelques autres cas, comme précédemment vous pouvez lire l'article si vous voulez toutes les situations plus en détails.

Donc parmi tous ces travailleurs indépendants, ils nous font encore un second niveau de lecture.


En effet, dans cette catégorie il va y avoir des différenciations selon le type d'activité.

On va trouver, les artisans, commerçants, industriels, les professions libérales et les exploitants agricoles. On vous présente donc, dans cet article, un panorama de chacune de ses activités. On reviendra dans de futurs guides, plus spécifiques, plus en détails sur chacun de ses statuts.


Commençons par les artisans commerçants et industriels.Depuis le 1er janvier 2018 cette catégorie est gérée par la sécurité sociale des indépendants, qui est aujourd'hui rattachée à la CPAM, la caisse primaire d'assurance maladie que tout le monde connaît ; c'est à dire le régime classique. 


Elle fonctionne, comme pour les salariés, c'est à dire que le calcul va se faire par trimestre et qu'on va prendre en compte l'âge de départ à la retraite. 

Les régimes complémentaires vont être comptabilisés par point. Là-dessus pareil, si vous voulez plus de détails, on a fait un article sur la retraite en France on vous laissera le lire, ou regarder la vidéo.


Au niveau des cotisations, il ya donc des spécificités qu'on vous afficha à l'écran. Si vous voulez plus de détails pareil, c'est détaillé dans l'article, je ne vais pas m'étendre là dessus. La deuxième catégorie ça va être les professions libérales réglementées.

Parmi les professions libérales, la majorité vont être rattachées à la caisse nationale d'assurance vieillesse, des professions libérales. 


Elle est composée de dix sections, dont par exemple les notaires, les médecins,... 

La liste exhaustive se trouve dans l'article.Pour les professions libérales réglementées, en plus de la retraite de base, obligatoire, chaque section va donc gérer un ou plusieurs régimes complémentaires obligatoires également.


Certaines professions comme les avocats, les praticiens, les auxiliaires médicaux, vont avoir leurs propres régimes de retraite. De manière générale, les cotisations vont être basées sur le revenu d'activité non salarié, retenu dans le calcul de l'impôt sur le revenu.

Si je vous dis ça, c'est parce qu'en fait il y a une petite précision, parce que l'on prend donc le revenu avant l'application d'exonérations et d'abattements. Le calcul de la cotisation est proportionnel au revenu. C'est donc un pourcentage. 


Comme pour les artisans commerçants et industriels, vous avez deux tranches. Les chiffres ne sont pas exactement les mêmes on vous les affiche à l'écran. Pour les retraites complémentaires, chaque activité possède son propre régime, il n'y a donc pas une seule donnée, il faut regarder par type de profession. Voyons maintenant, les professions libérales non réglementées. 


Depuis 2018, le statut de professions libérales non réglementées se rapproche plutôt de celui des artisans commerçants industriels que l'on a vu tout à l'heure, quand on parle de retraite. C'est dû au rattachement à la sécurité sociale des indépendants, qui est donc aujourd'hui rattachée à la CPAM. Pour la retraite de base la cotisation va être également de 17,75% jusqu'au PASS. Pour rappel le PASS est le plafond de la sécurité sociale, qui est, en 2021 de 41 136 euros. Pour la complémentaire il y a également deux tranches, qui ont été définies, qui s'affichent à l'écran. 


Point spécifique : il y a un cas particulier pour les micro entrepreneurs, des changements sont actuellement en cours. C'est assez complexe, donc on reviendra vraiment en détail sur cette situation dans un article dédié. Enfin, voyons les exploitants agricoles, dans cette troisième grande catégorie de travailleurs indépendants. La retraite est composée de la façon suivante : pour la retraite de base c'est une retraite forfaitaire et pour la retraite complémentaire c'est un régime de retraite complémentaire obligatoire, RCO.

La cotisation est de 3% des revenus professionnels, celle-ci sera ensuite convertie en points, comme la plupart des retraites complémentaires.

Maintenant que l'on a vu ce panorama des différents statuts, on voulait revenir sur le point suivant : pourquoi il faut s'y préparer ?


Les choix historiques concernant la retraite des indépendants s'expliquent par deux raisons principales. Premièrement les cotisations étaient plus faibles, notamment dans l'idée de disposer de plus de liquidités disponibles pour réinvestir dans l'entreprise.

La retraite était censée être financée, en plus, en partie, par la vente ou la cession de l'entreprise. Les cotisations étant plus faibles, les pensions retraites sont, de fait, également plus faibles. 


C'est pourquoi, il est particulièrement important, pour le dirigeant d'entreprise, de recourir à des dispositifs d'épargne supplémentaires. Cela s'inscrit dans une stratégie globale, de diversification de ses placements, mais surtout encore une fois, le maître mot, anticipation. 


Ouvrir un plan épargne retraite aujourd'hui vous permet, non seulement, de sécuriser vos futurs projets de vie, mais aussi d'économiser dès aujourd'hui. On vous explique pourquoi.


Le plan épargne retraite est prévu, bien sûr, pour votre retraite. Pourtant, si vous en avez besoin plus tôt, il existe des conditions de sortie, pour pouvoir récupérer votre épargne de manière anticipée. Nous vous en parlons particulièrement ici, parce-qu'elles sont d'autant plus importantes à connaître quand on est chef d'entreprise. 


En effet, l'argent déposé sur votre compte pension, va pouvoir être retiré, notamment dans les cas suivants : en cas de liquidation judiciaire de votre entreprise, ce qu'on ne vous souhaite pas, mais c'est quand même bon à savoir ; pour acquérir votre résidence principale ; en cas de surendettement et un certain nombre d'autres cas,... Vous voyez donc, que dans votre situation, c'est d'autant plus pertinent. 


C'est donc un excellent moyen de sécuriser vos futurs périodes de vie non travaillées, jusqu'à la retraite ou avant. Ensuite on vous a parlé d'économie. Les versements que vous allez effectuer sur votre compte pension, vont venir en déduction de vos revenus, dans le calcul de votre impôt.


On s'explique. Vous pouvez déduire les versements effectués sur votre PER de votre revenu imposable, si vous êtes dirigeant salarié, ou de vos bénéfices, si vous êtes dirigeant non salarié. On vous affiche un tableau, qui récapitule les données, et donc les économies que vous pourriez faire, selon votre situation. 


Pour comprendre encore plus simplement on vous met le lien de notre simulateur, sur lequel vous pouvez entrer vos données, pour avoir une simulation adaptés à votre situation. Maintenant le troisième point sur lequel on voulait revenir, c'est comment accompagner ses salariés.


Quand on est dirigeant, que l'on a monté sa structure, on peut avoir des salariés. Ce n'est pas le cas d'un certain nombre d'entre vous, mais c'est une option, ou ça pourra le devenir. Le nouveau PER, c'est un seul produit d'épargne, mais il est composé de trois compartiments.


C'est pour cela que l'on voulait soulever ses spécificités, parce-que ça vous donne des outils multiples. Il y a donc le compartiment PER individuel, qui est ouvert et accessible à tous, dont on vous a parlé juste avant.

On a le compartiment PER d'entreprise collectif, qui va être ouvert aux salariés d'une entreprise, sans être obligatoire. Et le compartiment PER d'entreprise obligatoire, qui est le plan d'épargne retraite collectif, qui peut être souscrit par l'entreprise et qui sera obligatoire, s'il est ouvert. Les salariés devront forcément y souscrire. Ces PER d'entreprise peuvent être abondés par l'employeur et par le salarié. Ils peuvent aussi être débloqués, avant la retraite, dans certains cas. Dans tous les cas ils sont transférables. 


Le dirigeant qui est assimilé salarié est notamment concerné directement par ses choix, dans le cas où, comme un salarié, ça va avoir un impact direct sur lui. Tous ces PER sont aussi transférables sur votre PER individuel, si vous voulez une gestion plus centralisée, et aussi à des conditions fiscales très avantageuses. Si on vous parle de ça ici, c'est principalement pour deux raisons. 


D'une part parce que ces dispositifs font partie intégrante de votre politique RH, si vous souhaitez mettre en place ce type d'outil dans votre entreprise. Ensuite, parce-qu'un dirigeant concerné par les questions retraite, sera d'autant plus efficace dans l'accompagnement de ses collaborateurs; dans cette démarche. 


Enfin, parce que ces décisions peuvent impacter directement votre stratégie, en tant que dirigeant, pour votre propre retraite. Il est donc important, pour tous les membres de notre génération, de réaliser que la retraite est une affaire de jeunes et que commencer tôt est la clé. 


Pourtant, quand on crée son entreprise, on a souvent bien d'autres choses en tête. 

Ses dispositifs existants sont d'autant plus efficaces quand ils sont mis en place rapidement. Si vous voulez en parler, on est là on est disponible, prenez rendez-vous, on sera ravis d'échanger avec vous.

Bonne journée, merci de votre écoute.


cetTE VIDeO vous a plu ? partagez lA !
Épargnez pour demain — dès aujourd'hui.
Démarrez une simulation gratuite et sans inscription
Démarrer une simulation
Plus de vidéos...
Se créer des revenus pour la retraite, en réduisant ses impôts
Tout comprendre de la retraite
Se créer des revenus pour la retraite, en réduisant ses impôts
Investir dans un fonds durable pour préparer sa retraite, une bonne idée ?
Finance Verte
Investir dans un fonds durable pour préparer sa retraite, une bonne idée ?
[Interview] “Le travail indépendant existe depuis bien plus longtemps que le salariat”- Hind Elidrissi
Tout comprendre de la retraite
[Interview] “Le travail indépendant existe depuis bien plus longtemps que le salariat”- Hind Elidrissi
[Interview] “Ce qui me motive, m’éclater en rencontrant et en apprenant” - Samuel Durand et le futur du travail
Tout comprendre de la retraite
[Interview] “Ce qui me motive, m’éclater en rencontrant et en apprenant” - Samuel Durand et le futur du travail
[Interview] "Je n'ai jamais joué autant collectif qu'aujourd'hui" - Alexis Minchella et le futur du freelancing
Tout comprendre de la retraite
[Interview] "Je n'ai jamais joué autant collectif qu'aujourd'hui" - Alexis Minchella et le futur du freelancing
[Interview] Travailler plus mais mieux, le futur du travail et de la retraite vus par Laëtitia Vitaud
Tout comprendre de la retraite
[Interview] Travailler plus mais mieux, le futur du travail et de la retraite vus par Laëtitia Vitaud
[Interview] “Un business freelance, c’est un travail d’échange de valeurs entre deux êtres humains.” - Thomas Burbidge et sa vision de l’indépendance.
Les nouvelles de Caravel
[Interview] “Un business freelance, c’est un travail d’échange de valeurs entre deux êtres humains.” - Thomas Burbidge et sa vision de l’indépendance.
Moins de 30 ans, pourquoi épargner pour sa retraite ?
Les nouvelles de Caravel
Moins de 30 ans, pourquoi épargner pour sa retraite ?