La retraite pour micro entrepreneur est sujette à de nombreux questionnements. Si elle est encore lointaine pour certains, elle est assez proche pour d’autres. Si vous vous posez des questions sur votre retraite de micro entrepreneur, c’est le moment de connaître la cotisation, les différents régimes existants et la différence entre une retraite de base, une retraite complémentaire et une retraite supplémentaire. Découvrez tous les points importants pour la retraite micro entrepreneur

Quel Régime pour la retraite d’un micro entrepreneur ?

Avant 2018, le choix du régime retraite micro entrepreneur est relativement simple. Tout travailleur indépendant commerçant et artisan est affilié à la RSI pour la retraite de base et à la RCI pour la retraite complémentaire. Les micro-entrepreneurs exerçant une profession libérale sont en revanche sous la responsabilité de la caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance vieillesse ou Cipav pour leur retraite de base et leur retraite complémentaire. 

Le 1er janvier 2018, le RSI a été remplacé par la SSI. Cette dernière a été absorbée progressivement par le régime général de la sécurité sociale. Depuis le 1er janvier 2020, les micro-entrepreneurs artisans et commerçants sont gérés par l’Assurance retraite. Cette dernière est le régime de retraite de base des salariés des chefs d’entreprises, des salariés privés et les agents non titulaires de la fonction publique. A contrario, l’affiliation au RCI a perduré, toutefois, il est dorénavant géré par l’Assurance retraite.

Actuellement, l’affiliation à la caisse de la Cipav a été restreinte à 20 professions libérales contre plus de 400 auparavant. Cette décision est prise suite à de nombreux dysfonctionnements constatés par la Cour des comptes. 

Comment est le calcul retraite auto entrepreneur ?

Le calcul retraite micro entrepreneur diffère en fonction du régime choisi. 

Calcul de l’indemnité retraite de la SSI

La base du calcul de l’indemnité de retraite micro entrepreneur affilié à la SSI est basé sur une moyenne de votre revenu annuel pendant votre vie active. Cette moyenne est calculée à partir d’un abattement forfaitaire de vos 25 meilleures années de cotisation. L’abattement varie selon votre activité. 

  • 71 % pour toutes les activités commerciales
  • 50 % pour les prestations de services
  • 34 % pour les activités libérales non réglementées.

Pour obtenir une indemnité journalière, vous devez prendre le résultat du revenu annuel moyen divisé par 365 jours et ensuite le multiplier par le taux de la retraite. Le plafond de l’indemnité journalière pour une retraite micro entrepreneur est de 54,34 €.

Calcul de l’indemnité retraite de la CIPAV

Le régime de retraite de base et de retraite complémentaire de la CIPAV est basé sur un système de points. Les cotisations sont converties en points. La valeur de ces derniers est fixée chaque année par l’Agirc-Arrco. Pour bénéficier de la retraite à taux plein, vous devez recueillir un certain nombre de points. 

En 2021, la valeur du point de base est de 6,44 pour la tranche 1. Pour obtenir le montant de votre indemnité à la Cipav, il suffit de multiplier le nombre de points acquis à la valeur du point au moment de votre départ à la retraite et ensuite au coefficient d’abattement.

Comment est la validation trimestre micro entrepreneur ?

Un auto-entrepreneur a la possibilité de valider 4 trimestres par an comme les salariés. La validation n’est toutefois pas automatique. Vous aurez à déclarer un chiffre d’affaires minimum pour pouvoir ajouter un trimestre à votre régime retraite micro entrepreneur. C’est votre revenu annuel qui est pris en compte lors de la validation de vos trimestres.

Le principe de validation des trimestres est le même avec la Cipav et la SSI. Ce sont seulement les conditions de validation qui sont différentes. Le nombre de trimestres validés pour votre retraite micro entrepreneur dépend entièrement de la nature de votre activité et du dépassement de seuils de chiffre d’affaires.

  • Pour valider 1 à 4 trimestres, les micro-entrepreneurs avec une activité commerciale hébergement et restauration doivent déclarer un chiffre d’affaires de 4 137 € à 20 740 €. 
  • Pour les prestataires de service commerciaux et artisanaux, les seuils du chiffre d’affaires sont de 2 412 € à 12 030 € pour un à 4 trimestres. 
  • Pour une activité libérale, le chiffre d’affaires exigé est de 2 880 € pour un trimestre, 5 062 € pour deux trimestres et 9 675 € pour 4 trimestres. 

Pour les auto-entrepreneurs affiliés à la Cipav, le montant du chiffre d’affaires pour valider un trimestre est de 2 280 €, 4 560 € pour deux trimestres, 6 840 € pour la validation de 3 trimestres et 9 120 € pour 4 trimestres.

Comment fonctionne la retraite complémentaire micro entrepreneur ?

La retraite complémentaire micro entrepreneur est basée sur un système de points. La souscription à cette dernière est obligatoire après la création d’une microentreprise. Son calcul est identique à la retraite de base Cipav. Si vous n’avez pas atteint le taux plein, la décote est appliquée. Pour valider le taux plein, vous devez respecter un nombre de trimestres validés.

  • Pour ceux qui sont nés de 1955 à 1957, le nombre de trimestres nécessaire est de 166
  • Pour ceux qui sont nés de 1958 à 1960, le nombre de trimestres nécessaire est de 167
  • Pour ceux qui sont nés de 1961 à 1963, le nombre de trimestres nécessaire est de 168
  • Pour ceux qui sont nés de 1964 à 1966, le nombre de trimestres nécessaire est de 169
  • Pour ceux qui sont nés de 1967 à 1969, le nombre de trimestres nécessaire est de 170
  • Pour ceux qui sont nés de 1970 à 1972, le nombre de trimestres nécessaire est de 171
  • Pour ceux qui sont nés à partir de 1973, le nombre de trimestres nécessaire est de 172

L’âge du départ à la retraite est au minimum à 62 ans. Si vous n’avez pas encore validé le nombre de trimestres nécessaire pour profiter du taux plein, il est possible de continuer à travailler. À partir de 67 ans, la condition de validation de trimestres en tant que micro-entrepreneur n’est plus prise en compte.

Pour obtenir le montant annuel de la retraite complémentaire, il suffit de multiplier le nombre de points accumulés pendant votre vie active avec la valeur du point de l’année de votre départ à la retraite.